Le début d’année est la période la plus propice de l’année pour la création d’emplois et pour la répartition des tâches à accomplir.
L’objectif annuel à atteindre est fixé et le budget n’est pas encore distribué.
L’organisation des équipes et de la bonne conduite des projets se profile.
La planification des tâches s’ébauche.

Entreprises, vous qui recrutez, avez-vous pensé au télétravail ?

Sous-traiter à des travailleurs indépendants, grâce au télétravail (ou travail à distance), des tâches administratives, commerciales ou de rédaction, par exemple, récurrentes ou chronophages, est une solution de réduction des coûts pour l’entreprise.

Concentrez votre attention sur votre cœur de métier et
sous-traitez les tâches à faible Valeur Ajoutée.

La vision du télétravail en 2015

2015 : l’année de l’essor du télétravail ?

Télétravail = travail à distance

Vous êtes, déjà, un manager, un leader…
Votre vision du travail et des nouvelles façons de travailler est-elle… digne d’un visionnaire ?
Incluez-vous dans votre vision les potentiels des technologies de la communication ?

C’est une distance, un non-déplacement, un non-rendu sur le site de l’entreprise, aujourd’hui, enfin possible grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les bénéfices sont appréciables pour chaque partie, c’est gagnant/gagnant :

  • pour l’entreprise, qui commande une prestation :
    • et qui profite d’une expertise déterminée, d’une compétence,
    • sans frais de gestion du personnel,
    • sans mobiliser un local, du matériel…
  • pour le télétravailleur indépendant, qui gagne un client :
    • qui réalise un gain en temps de déplacement quotidien (absence de frais de déplacement),
    • qui se consacre au développement de sa petite entreprise,
    • qui améliore sa productivité, qui est responsabilisé…

La sous-traitance d’une prestation de services à un travailleur indépendant et autonome induit l’instauration d’une relation de confiance.

Quelles sont les savoir-être et compétences d’un prestataire de services indépendant, qui œuvre à distance et qui s’engage dans la pérennisation de sa propre activité professionnelle ?

  • La flexibilité.
  • L’autonomie.
  • L’expertise.
  • Des compétences multiples (qui s’étendent jusqu’à la gestion de sa propre entreprise, car le travailleur indépendant, freelance, n’est pas salarié, donc, il n’est pas assuré de son revenu mensuel, mais il est seul responsable de la réussite de sa petite entreprise et de la satisfaction de son client).
  • La curiosité et la formation continue, pour demeurer performant et compétitif.

 Pour aller plus loin :
« 2015, l’année du travail à distance », Philippe Duport, france info, le jeudi 1er janvier 2015