Isabelle de Novion

Assistante administrative, commerciale et de rédaction

« Le mieux-être, une condition ou un objectif ?
La gestion du temps ne commence-t-elle pas par un bon équilibre ? 

Le temps du sommeil

Avez-vous besoin de vous réveiller avec la sonnerie d’un réveil ? Quels sont les besoins du corps ?
Vous sentez-vous bien lors de vos séances de travail. Êtes-vous alerte, dynamique… ou à bout de souffle… Puisez-vous dans les ressources de votre corps pour tenir la route ? Pour continuer… coûte que coûte.

Vous sentez-vous bien ou un état de fatigue est-il sournoisement en train de s’installer ?

Lorsque la fatigue se fait sentir, le travail s’étire en longueur, devient pénible. Le travail n’est plus source de satisfaction, mais contrainte. Et personne n’aime les contraintes. L’envie n’est plus de se concentrer sur sa mission, mais de s’en débarrasser, au plus vite, pour, enfin, se pauser, se reposer. Il y a résistance.
L’objectif se déplace du bon accomplissement d’une tâche qui devrait apporter de la satisfaction durant tout le temps de sa réalisation vers l’instant futur, précis, butoir, où la tâche ne s’imposera plus en obstacle entre soi et le repos nécessaire. L’objectif devient le repos, l’absence de travail. La mission accomplie n’est plus un bienfait, mais une chose extérieure, qui est perçue comme n’étant pas bonne pour son bien-être.

Le travail devient une obligation, une chose à faire, alors que tout en soi porte ailleurs.

Comment, alors, s’épanouir dans son travail ? Comment en vouloir davantage ? Comment avoir envie de durer et de se développer, de grandir, si, aujourd’hui, la tâche est, déjà, trop lourde à porter, trop envahissante ?

Tout commence par le bien-être du corps et par un bon sommeil. »

Le manque de sommeil dévie le focus de l’objectif professionnel départ.

Gestion du temps

* champ requis
Pour recevoir